Les entreprises polluantes dispensées de contreparties écologiques ?

Nous interpellons nos élus :

Les Milliards investis doivent accompagner principalement la transition énergétique et surtout pas les entreprises polluantes.

Cette lettre ouverte à été envoyée à :
- Emmanuel Macron (Président de la République)
- Edouard Philippe (Premier Ministre)
- Carole Delga (Présidente Région Occitanie)
- Anne Blanc (Député REM)
- Arnaud Viala (Député LR)
- Stéphane Mazars (Député REM)

Le texte de la lettre au format PDF " Canopee_Lettre ouverte du 2020-04-27 ".

L'intégralité de la lettre ouverte :

Messieurs
Le Président de la République
son Premier Ministre
les députés Aveyronnais


Depuis 20 ans, l’association aveyronnaise Canopée 12 travaille sans à la sensibilisation des citoyens sur l’environnement. L’association informe, alerte et soutient des projets qui favorisent la transition énergétique.

La crise actuelle, due à la pandémie du Covid 19, est sans précédent. Elle aura des effets économiques et sociaux dramatiques.

C’est une crise biologique, largement admise et commentée par les scientifiques. Sans relâche, ils nous alertent sur l’effondrement de la biodiversité et plus précisément ici, sur la destruction des habitats où vivaient en équilibre faune, virus et bactéries.

La crise climatique accélère cet effondrement, cela aussi ne fait plus débat.

C’est une crise sanitaire évidente, qui épuise les soignants et dont le bilan humain s’alourdit chaque jour.

C’est une crise énergétique. L’accélération des échanges et donc de l’utilisation des énergies fossiles, induit propagation de la pandémie, dérèglement climatique et déforestation.

C’est une crise du système économique dominant, qui privilégie le court terme et l’exercice comptable.

C’est maintenant une crise sociale. La fracture s’aggrave entre les plus démunis et les mieux lotis, ceux qui ne peuvent que subir et ceux qui peuvent s’adapter.

Et c’est une crise des finances publiques, par les sommes considérables qui vont être mobilisées pour éviter l’effondrement de l’économie réelle.

Des milliards sont débloqués. C’est nécessaire et d’ailleurs les tenants de la transition énergétique, écologique et sociale, les réclament depuis longtemps.

Mais ils ne doivent absolument pas soutenir les activités qui ont provoqué, ou qui participent directement ou indirectement, à cette crise environnementale et climatique.

Vous avez les compétences, les outils, les experts pour décider des investissements nécessaires. Les associations, celles-là même qui avaient prédit la crise actuelle, vous soutiendront dans cette démarche.

Pour faire ces arbitrages, il vous faut privilégier le moyen terme, les générations futures, le climat, la réorientation des emplois des secteurs incriminés.

C’est un choix douloureux, nécessaire, mais les emplois de la transition sont nombreux et cette crise a montré entre-autre les énormes besoins des métiers sociaux.

Il vous faudra donc soutenir, relancer tous les secteurs qui permettent de baisser les émissions de gaz à effet de serre :

  - le bâtiment : la rénovation thermique massive (dans les règles de l’art et pas seulement avec des aides attribuées sans aucun suivi sur le résultat),
   - les transports : la mise en place et l'animation de toutes les initiatives pour les transports doux et collectifs et la suppression des déplacements par avion quand il existe des liaisons de chemin de fer,
   - l’agriculture : l’installation accrue d’agriculteurs dont les activités de maraîchage, d’arboriculture ….et le soutien aux filières vertueuses,
   - l’emploi : l’embauche et la revalorisation de tous les métiers, de la santé, du social, de l'éducation, de la distribution, ceux que l’on a appelé depuis la crise "les premiers de tranchée ",
   - l’économie : développer l'économie circulaire, le recyclage, et tous les domaines qui développent les économies d'énergie et de ressources,
   - le lien social : l’aide au maintien de l’économie locale qui crée le lien social : restaurant, café, culture, tourisme régional, qui vont malheureusement et durablement subir une baisse de chiffre d'affaire,
   - la politique salariale : l'aide aux salariés et à leur formation, dans des secteurs qui doivent dans les années à venir diminuer leur activité (automobile, aérien, …),

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive, mais toutes les associations comme la nôtre sont prêtes à participer avec vos équipes pour travailler sur ces sujets urgents.

En espérant avoir retenu votre attention et persuadés que vous avez conscience de l’urgence de la crise climatique, de la singularité de cette crise sanitaire et de l’opportunité de construire, maintenant, une société économe en énergie, respectant le vivant et valorisant les rapports humains.


Veuillez recevoir nos salutations les meilleures.

 

Le 27 avril 2020


Association canopée12
Site Internet : « https://www.canopee12.fr/ »
Adresse : « Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. »

 

Article publié par "Canopée" le 27/04/2020