14 dec 2010. 

la loi loppsi 2 est en discution a l'assemblée nationale.

l'article 32 inquiéte Canopée, comme de nombreuses associations qui se preoccupent du logement .Quelques militants se rendent à le manifestation de Toulouse.

Suite à cette participation et à un debat au CA de Canopee, il est décidé de faire une lettre ouverte aux députés et sénateurs de l'Aveyron, pour exprimer notre desaccord par rapport à l'article 32 ter A de cette loi.Nous proposons une reflection pour faire evoluer les réglements d'urbanisme, afin qu'ils prennent en compte l'habitat léger, ecologique.

Lettre ouverte aux députés et sénateurs de l’Aveyron.

 L’association Canopée, compte depuis 10 ans, entre 200 et 300 adhérents ainsi que de nombreux sympathisants, rassemblés sur les thèmes de la sobriété énergétique, de la construction écologique, des énergies renouvelables et plus globalement sur les enjeux du réchauffement climatique. Nos actions sont nombreuses, dirigées vers le grand public (conférences, salons) mais aussi vers les écoles, les professionnels, ou  les collectivités. Ces actions visent à informer, à sensibiliser et à initier des changements de pratiques et de comportements, afin de réduire notre empreinte écologique.

S’agissant des questions d’habitat, domaine fortement « énergivore » et émetteur  de plus d’un quart de nos émissions de gaz à effet de serre,  nous souhaitons vous interpeller sur l’article 32 ter A de la loi loppsi 2, adoptée récemment. L’article 32 ter A permettra de faciliter la destruction des habitats considérés comme illégaux, ainsi que l’expulsion de leurs habitants, sans proposer de solutions de relogement.

Notre association s’inquiète du durcissement législatif introduit par  cet article, lequel fragilise les plus démunis, dans un contexte de crise économique et sociale et d’accroissement des inégalités d’accès au logement.

Si nous sommes très soucieux de l’application des lois sensées protéger l’environnement et le patrimoine architectural, nous pensons pour autant que les habitations légères  représentent une véritable opportunité en cas de difficultés pour se loger ; elles permettent l’installation de populations souvent jeunes en zones rurales, alors même que celles ci ce désertifient. 

Plusieurs types d’habitats légers relèvent de procédés éprouvés, responsables au plan environnemental, parfois volontairement éphémères. Ils sont souvent choisis par des familles qui ont adopté un mode de vie plus sobre. Ces habitats légers peuvent servir des projets de vie créatifs et véritablement modernes, adaptés à notre époque et au monde de demain, en proie aux dérèglements environnementaux dont l’être humain  est tout à la fois responsable et victime.  

De notre point de vue, les règlements d’urbanisme doivent évoluer, pour prendre en compte ces aspirations nouvelles et tendre vers un meilleur bilan carbone de la construction, tout en  évitant les dérives telles que l’installation sauvage en zone protégées (littoral, berges de lacs, lieux touristiques). 

Nous vous serions très reconnaissant de bien vouloir nous faire connaître votre position sur l'article 32 Ter A.  Sachez que d’autres associations se sont emparées de  cette question, Canopée les rejoint et appelle à un débat local et national sur cette question de l’habitat léger et écologique.

Veuillez agréer ,madame,monsieur , l’assurance de notre haute considération.

Association Canopée.

  

 RAPPORT 2011 DU MAL LOGEMENT DE LA FONDATION ABBE PIERRE

 

Quelques chiffres :

  •  .il manque 1 million de logement en France.
  •  .sur 20 ans la crise du logement s’aggrave : le prix de la construction a doublé , le prix des locations a augmenté de 50 %.
  • . 75 % des ménages ne peuvent pas acheter un logement .

 

Plus de 133 000 personnes sans domicile fixe 

L’absence de logement personnel se manifeste tout d’abord — de la manière la plus criante — à travers toutes les situations de personnes contraintes de vivre dans la rue, les « sans-abri » au sens de l’Insee, Habitations de fortune et campings : un développement inquiétant de l’habitat atypique 

À ces personnes s’ajoutent toutes celles qui n’ont pas d’autre solution que de vivre dans des habitations de fortune : caravanes immobilisées, baraques de chantier, logements en cours de construction, locaux agricoles aménagés, ou encore mobil-home immobilisés dans des campings… Le dernier recensement de la population (2006) dénombre 85 000 personnes recourant à ces formes d’habitat atypiques. au cours des dix dernières années (+47 %). De même pour le nombre d’ex-pulsions manu militari, supérieur à 10 000 depuis 2005, et qui a augmenté de 79 % au cours de la dernière décennie. 

Ces chiffres élevés traduisent la réponse prioritairement répressive qui est apportée aux ménages en difficultés dans leur logement. Et ceci en dépit du coût humain, social et économique de l’expulsion et au détriment de toute cohérence dans l’action publique (les familles expulsées devant être relogées par les préfets dans le cadre du Dalo).

 

 

 

Derniers articles - Nos Actions

4 ième réunion citoyenne - sur la transition énergétique

Les Maires et les équipes municipales de La Capelle-Bonance, Pierrefiche, Pomayrols, Prades-d’Aubrac, Ste-Eulalie-d’Olt, St-Geniez-d’Olt, St-Laurent d’Olt et St-Martin-de-Lenne vous invitent à venir participer à une réflexion collective autour du thème de la transition énergétique en Pays d’Olt.

Si le sujet vous interesse, venez aussi bien sûr ! Pour une fois que l'on peut creer ensemble à partir d'une feuille blanche !

La dynamique a été amorcée le 25 avril dernier lors d’une soirée de cinéma –échange autour du documentaire « Sacré Village » de Marie-Monique Robin et M2R Films, au cinéma de St Geniez d’Olt. Cette première rencontre a été un succès grâce à la centaine de participants.

Une nouvelle rencontre sera organisée le jeudi 17 mai à 20h30 à la salle des Fêtes de Saint-Martin-de-Lenne. Les citoyens sont invités à venir participer à l’identification d’actions pour leur territoire : production d’énergies renouvelables, économies d’énergies, autoconsommation, dynamique participative…

La Réunion sera animée par Acceptables Avenirs.

Renseignements par courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Un exercice collectif trop peu habituel !

Notre mode éducatif ne nous prépare pas assez à la construction collective. La transition énergétique en cours est une occasion supplémentaire de créer des liens en imaginant, s'informant, échangeant ... Cela donne des résultats étonnants !

 

Voici 2 Webminaires proposés par l'association "énergie partagée" :
 

Web’EnR : 

Les EnR citoyennes dans les SRADDET*

11 mesures pour un développement local des énergies renouvelables au service des territoires 

                                         de 12h30 à 14h

Attention dernière nouvelle :

le Web'EnR est reporté au lundi 4 juin à la même heure, et non plus le 15 mai

 

*Schéma Régional d'Aménagement de Développement Durable d'Egalité des Territoires

Ou /et

Web’EnR :

Les EnR citoyennes  

Des solutions pour les intercommunalités et les municipalités  

                                         24 mai de 12h30 à 14h


pour s'inscrire : c'est  ici

à diffuser bien sûr !



Thierry

Un lien qui nous élève

Vous avez aimé le film « Des locaux très motivés » ? Son auteur, Oliver Dickinson, a en projet le tournage d’un doumentaire sur l’élevage et le bien-être animal « Un lien qui nous élève ». Réalisateur indépendant depuis une dizaine d'années, Oliver Dickinson ne travaille ni sous contrat, ni sur commande. Il conserve donc l'initiative de ses projets et une totale liberté d'expression. La seule limite à sa créativité reste le manque de fonds...

Voir la présentation du projet, les vidéos, soutenir le projet

CHANTIER PARTICIPATIF

TERRE ET COULEURS

Le chantier a pour thème les enduits de finition en terre et les peintures écologiques. Il sera encadré par un professionnel. Les participants seront logés et nourris.  Besoin : quatre personnes stagiaires pour la semaine du 23 au 27 avril 2018 sur la commune de Rodelle (arrondissement de Rodez, canton de Bozouls).

Renseignements et inscriptions : Patricia Lacombe, par téléphone au 06 71 34 60 41 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.