Abandon de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : ou l’art de décider…


Dans l’exercice du pouvoir, il faut convenir que sur ce dossier, les gouvernements précédents se sont enlisés dans les zones humides du bocage Nantais. En revanche, il n’aura fallu que huit mois à Emmanuel MACRON et à son gouvernement pour appréhender la complexité de ce dossier, sortir de l’ornière et trancher.
L’association Canopée salue ici leur courage et accueille cette décision avec une joie et un soulagement immenses.

Bien entendu, nous nous réjouissons de la sauvegarde des centaines d’hectares de terres qui vont échapper à la « bétonisation » à l’heure où tout le monde déplore l’érosion des surfaces agricoles.
Il en va de même du sauvetage d’une des dernières zones humides de la région et de la biodiversité de ce territoire. Car le site de Notre-Dame-des-Landes, figé depuis des décennies, est d’une richesse remarquable à cet égard.
…en cohérence avec l’accord de Paris sur le climat !
Plus encore, soulignons l’importance d’abandonner une infrastructure qui nous engagerait pour des décennies dans le sens inverse des objectifs de l’accord de Paris sur le climat, lequel vise à contenir le réchauffement climatique en-deçà de +2°C.
Car il faut rappeler ici, que les émissions de gaz à effet de serre de l’aviation représentent 3% du total des émissions mondiales et augmentent très rapidement alors même que pour le climat, il faut diviser par 3 ces émissions d’ici 2050 et qu’elles soient nulles en 2080 !
Mais si nous pouvons remercier le gouvernement d’avoir retenu une solution cohérente, n’oublions pas que les choix stratégiques ne suffisent pas.  Au final, c’est surtout à chacun de nous de prendre notre part dans la lutte contre le réchauffement climatique. Et en matière de déplacements, le choix de l’avion est sans aucun doute le moins vertueux(*) et le moins solidaire vis-à-vis des pays les plus pauvres, les moins émetteurs de gaz à effet de serre, et déjà les plus touchés par le réchauffement global.
Ainsi, le développement du tourisme de masse en avion est en opposition avec nos objectifs climatiques, et ça c’est notre affaire à tous. Pas celle de l’état.
(*) Par exemple, un seul vol aller-retour, Paris-New-York émet plus de CO2 par personne que le seuil à ne pas dépasser pour stabiliser la concentration en CO2 dans l’atmosphère. (source JM JANCOVICI/ADEME)

En savoir plus : Quel avenir pour les terres de la Zad de Notre-Dame-des-Landes ? Le point avec Reporterre, le quotidien de l'écologie

Derniers articles - Nos Actions

Marche pour le climat à Rodez le 15 mars 2019 - Interview

« Interview de deux collégiennes d'Espalion »


Rencontre, à Rodez, entre un membre de l’association Canopée 12 de l’Aubrac et de deux collégiennes d’Espalion.

 

Prés de 600 étudiants, surtout lycéens, ont animé joyeusement et avec beaucoup d’énergie, une marche pour le climat, qui s’est déroulée toute la journée du vendredi 15 mars 2019

 

Lire la suite...

Vivre au bord de l'eau

Depuis plusieurs générations, la famille de Jean-Louis possède un moulin sur la commune de Pont de Salars et leurs meuniers, tout au long des siècles, ont transmis à leur descendance les savoir-faire de ce métier difficile et fondamental dans l’économie rurale. Depuis 2003, Marie-Jo et Jean-Louis ont choisi d’habiter le moulin où ils avaient coutume de passer des vacances et ont amélioré le confort de la partie habitation : système dit du pas-de-loup pour isoler les murs de l’humidité, capteurs solaires thermiques, isolation extérieure du mur nord et du toit...  
Depuis 2009 Jean-Louis valorise le potentiel hydroélectrique du lieu avec l’installation de nouvelles turbines, perpétuant ainsi une des fonctions du moulin, autonome en électricité depuis 1920.  Aujourd’hui, avec les retenues d’eau et les captages, ce moyen de production ne permet plus d’être autonome, d’où la diversification des moyens de chauffage de la maison (4 sources d’énergie !) et la nécessité du  raccordement au réseau.

Marie-Jo et Jean-Louis nous accueilleront le dimanche 16 juin à 14 h 30 pour une visite d’une durée de 2 h environ qui sera suivie d’un pot de l’amitié.

La visite est limité à 8 participants, priorité donnée aux adhérents de Canopée, et sur inscription uniquement, au 07 84 26 35 58

Favoriser une mobilité pauvre en carbone...

 ...l'objectif de l'atelier "Mobilité" de Rodez Agglomération

La conviction de Canopée qui est membre du réseau Action Climat, est que les lois mobilité, et donc les mesures prises dans les Plans climat, doivent être un bouclier contre le dérèglement climatique. Vous trouverez dans l'article :

 

  1. les points qui nous semblent être une base de réflexion pour des solutions de transports plus accessibles et plus écologiques pour tous, et inspirent nos propositions au sein du PCAET (Plan Climat Air Énergie Territorial) de Rodez Agglo
  2. Une brève présentation de l'atelier Mobilités : ce chapitre sera alimenté au fur et à mesure de l'avancée des travaux.
  3. Des pistes pour que chacun puisse participer au changement dans son quotidien
    Lire la suite...

    Démocratie locale

    Des habitants se constituent en collectif : le H.I.C !

    Le collectif HIC vous invite à des rencontres citoyennes autour de la démocratie locale et du pouvoir d’agir des habitants, une fois par mois jusqu’en octobre  2019 :

    "En effet, nous avons besoin de réinventer la façon de construire politiquement nos campagnes . Nous sommes convaincu-e-s que le pouvoir d'agir des habitants c'est la solution ! Avec des opinions différentes, quand tout le monde s'exprime, cela peut faire un joyeux bordel ! Un bordel bien organisé avec des méthodes éprouvées, nous apprenons à décider ensemble pour partager une autre façon de faire de la politique."
    Après la soirée de lancement du cycle qui a eu lieu le vendredi 12 avril manoir de Valady : Commune, intercommunalité, la place des habitants dans ces instances et la rencontre avec les auteurs du livre «Référendum d’Initiative Citoyenne”... Demandez le programme ! Prochain rendez-vous le 17 mai...

    Lire la suite...