Wello

On parle beaucoup de "mobilité douce" ces temps-ci. Voici donc un engin de déplacement et de transport non polluant. Lancée en 2015 par son président Arnaud Chéreau, ingénieur aéronautique, la société a développé un véhicule, appelé Wello, au terme de 3 ans de recherche et de conception. Une usine de fabrication du Wello est en cours d'installation au Mans (Sarthe). Les véhicules seront fabriqués en kit pour être livrés plus facilement. Voici la machine ! C'est un triporteur à assistance électrique solaire, dont les deux roues avant sont pendulaires : le train avant permet ainsi d'être stable à l’arrêt – nul besoin de le poser contre quelque chose ou de le retenir – et s'incline dans les virages. La conduite est donc proche de celle d'un vélo.

Plusieurs versions existent :

  • "Cargo" ou "Pick-up" pour les professionnels : il peut transporter jusqu'à 80 kg de marchandises,
  • "Passager" pour les familles : le siège arrière bascule pour découvrir un coffre.

De plus, il est carrossé, ce qui assure à son conducteur une protection face aux intempéries. Enfin, on va pouvoir rouler à vélo sans se mouiller ! (la photo ci-contre montre une version de démonstration seulement).

Cet engin reste un vélo à assistance électrique, c'est-à-dire à vitesse limitée à 25 km/h, même s'il peut atteindre 40 km/h dans certains cas. Il faut donc pédaler pour atteindre la vitesse de 6km/h à partir de laquelle l'assistance électrique est engagée grâce à un capteur. En-deçà, une manette commande l'assistance électrique pour faciliter les manœuvres de parcage. Son usage est réservé à l'adulte car son poids oscille entre 75 et 85 kg à vide, et il nécessite une certaine habitude d'usage. L'autonomie est d'environ 100 km et la batterie est rechargée par des panneaux photovoltaïques installés sur le toit, mais aussi via un cordon relié au secteur, car il n'y a généralement pas de soleil dans un garage ! Il équipé d'un boitier "LCD 3", servant de "tableau de bord" indiquant différentes informations d'utilisation (préréglages personnalisés, vitesse, niveau de batterie restant…) Son concepteur l'annonce "connecté", car un boitier interne enregistre et transmet au fabricant des informations sur l'état général du véhicule. Ce qui permet aussi une gestion à distance d'une flotte de véhicules, pour une entreprise par exemple.

Pas de panique pour la sécurité : le Wello est équipé de feux de jour et de clignotants à l'avant et à l'arrière, d'un phare lenticulaire pour la circulation de nuit et bien évidemment d'un feu stop. Il a reçu des freins à disque à l'avant comme à l'arrière. Enfin, pour la position "parking", il a été installé un blocage du système pendulaire et du frein avant. Les pneus avant sont de la marque allemande Schwalbe. Ils se trouvent dans le commerce.  
En revanche, le pneu arrière (devant supporter potentiellement plus de 80 kg) est fabriqué spécialement par cette marque pour cet engin (il sera donc probablement à remplacer par commande chez le fournisseur du triporteur). Le prix de la version de base est aux alentours de 8300 € ttc. Son concepteur l'a voulu pour un usage essentiellement urbain, mais nul doute qu'il peut parfaitement convenir à un usage rural, sauf peut-être si les côtes sont ardues !  Et Dieu sait qu'il y en a dans notre beau pays. J'ai essayé ce Wello mi-septembre à Millau sur l'invitation de l'association In'VD. La prise en mains demande un temps d'adaptation plus ou moins long  en fonction de son équilibre et de sa dynamique personnels. Le carrossage représente un peu de poids et un peu de "ballant", qui aident finalement à la conduite, pourvu qu'on ne se laisse pas entrainer.

Des modifications sont toujours à l'étude. Parmi elles, l'équipement du pare-brise en essuie-glace. Le polycarbonate employé actuellement devra alors être remplacé par du verre, ce qui alourdira la machine. Toujours cet équilibre à rechercher entre poids et technologie ! La possibilité d'équiper les côtés du Wello en protections anti-pluie est aussi à l'étude… Bref, l'engin est plutôt très attrayant.
François Vanhee, membre de Canopée

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Découvrir la newsletter n°6  Télécharger le document

Découvrir la newsletter n°5  Télécharger le document

 

Article publié par "Canopée" le 27/11/2019

    

 

Derniers articles - Nos Actions

Elections municipales 2020 et Transition écologique

« Quel programme de campagne en faveur de la transition écologique pour les élections municipales ? »

Cet article est à l’usage de chaque citoyen Aveyronnais, désirant faire prendre conscience aux élus, à l’occasion des municipales prochaines, de ses attentes en matière de transition énergétique.

L’échelle locale est primordiale pour la transition écologique, sociale et démocratique, et les élections municipales de mars 2020 seront un moment clé pour encourager cette transition partout en France.
Lire la suite...

Bonnes résolutions 2020 pour une sobriété Numérique

Sobriété numérique : Les bonnes résolutions pour 2020

6 gestes essentiels pour tendre vers des pratiques numériques responsables

 - Du renouvellement tu te passeras

 - Les objets cassés tu répareras

 - Reconditionné tu achèteras

 - Tes déchets tu recycleras

 - Les appareils tu débrancheras

 - Vers la conception responsable de services numériques tu tendras

Lire la suite...

Vivre au bord de l'eau

Depuis plusieurs générations, la famille de Jean-Louis possède un moulin sur la commune de Pont de Salars et leurs meuniers, tout au long des siècles, ont transmis à leur descendance les savoir-faire de ce métier difficile et fondamental dans l’économie rurale. Depuis 2003, Marie-Jo et Jean-Louis ont choisi d’habiter le moulin où ils avaient coutume de passer des vacances et ont amélioré le confort de la partie habitation : système dit du pas-de-loup pour isoler les murs de l’humidité, capteurs solaires thermiques, isolation extérieure du mur nord et du toit...  
Depuis 2009 Jean-Louis valorise le potentiel hydroélectrique du lieu avec l’installation de nouvelles turbines, perpétuant ainsi une des fonctions du moulin, autonome en électricité depuis 1920.  Aujourd’hui, avec les retenues d’eau et les captages, ce moyen de production ne permet plus d’être autonome, d’où la diversification des moyens de chauffage de la maison (4 sources d’énergie !) et la nécessité du  raccordement au réseau.

Marie-Jo et Jean-Louis nous accueilleront le dimanche 16 juin à 14 h 30 pour une visite d’une durée de 2 h environ qui sera suivie d’un pot de l’amitié.

La visite est limité à 8 participants, priorité donnée aux adhérents de Canopée, et sur inscription uniquement, au 07 84 26 35 58

 

Article publié par "Canopée" le 09/06/2019

    

 

Favoriser une mobilité pauvre en carbone...

 ...l'objectif de l'atelier "Mobilité" de Rodez Agglomération

La conviction de Canopée qui est membre du réseau Action Climat, est que les lois mobilité, et donc les mesures prises dans les Plans climat, doivent être un bouclier contre le dérèglement climatique. Vous trouverez dans l'article :

 

  1. les points qui nous semblent être une base de réflexion pour des solutions de transports plus accessibles et plus écologiques pour tous, et inspirent nos propositions au sein du PCAET (Plan Climat Air Énergie Territorial) de Rodez Agglo
  2. Une brève présentation de l'atelier Mobilités : ce chapitre sera alimenté au fur et à mesure de l'avancée des travaux.
  3. Des pistes pour que chacun puisse participer au changement dans son quotidien
    Lire la suite...