« Compte-rendu de la conférence du 30 mars 2022 »

La Jeune Chambre Economique de Rodez a organisé le 30 mars 2022 à l'IUT, une table ronde autour de l'hydrogène avec plusieurs personnes impliquées dans cette filière :

  • Christian Braley, dirigeant de l'entreprise Braley
  • Patrick Liminana, directeur territorial Aveyron pour ENEDIS
  • Benjamin Fèvre, animateur de la filière hydrogène en Occitanie
  • Jérôme Chauchard, chargé de développement économique agence Massif Central pour EDF
  • Fabien Hervè, chef de projet industrialisation pour BOSCH

 

Les personnes présentes de Canopée : Jeanine Segonds, Pascal Devoille et Bernard Petit.

Benjamin Fèvre, HYDEO :

A présenté une synthèse de la filière hydrogène (H2) rappelant  les différents procédés d'obtention de ce gaz, notamment à 95% aujourd'hui à partir du gaz méthane d'origine pétrochimique.

L'objectif à termes serait d'extraire H2 par électrolyse de l'eau à partir d'électricité peu carbonée (éolien, photovoltaïque, nucléaire…).
L'hydrogène ainsi obtenu pourrait être alors utilisé sur des Piles à Hydrogène (PAH), sorte d'électrolyse inverse, redonnant cette fois de l'électricité pour alimenter des équipements de mobilité (voitures, camions, trains, avions…).

D'autres pistes d'utilisation sont également avancées comme la recherche sur des carburants de synthèse, l'usage sur des postes de soudure en remplacement du gaz…

Un projet de production industrielle est en cours à Port La Nouvelle (Narbonne) afin de pourvoir à certaines applications couvrant l'Occitanie : 3 trains régionaux, une quinzaine de cars.... Voir " Annuaire de la filière Hydrogène - Région Occitanie / Pyrénées-Méditérranée "

Cette technologie aurait plusieurs avantages :

  • stockage de l'électricité produite en surplus, puisque les énergies renouvelables (ER) sont majoritairement fluctuantes.
  • plus "propre" que le pétrole puisque non carboné.

 

Christian Braley :

Christian Braley a développé la première station à hydrogène, avec l'aide de l'Europe et de partenaires financiers. Cette  station de production et de distribution d'hydrogène et de distribution de gaz naturel sera opérationnelle d'ici la fin de l'année.

L'hydrogène sera produit par électrolyse de l'eau (on sépare les molécules d'hydrogène des molécules d'oxygène) à partir d'énergie fatale, autrement dit de  l'électricité non utilisé sur le réseau au moment de sa production et qui peut donc être transformée, pour être stocké. À terme, une partie du méthane viendra du centre de méthanisation de Bozouls et on devrait également récupérer l'oxygène.

Une station provisoire de distribution d'hydrogène permet, depuis déjà plusieurs mois, de faire le plein de la quinzaine de véhicules dont sont équipés Rodez Agglomération, les mairies de Luc-la-Primaube et Onet-le-Château, La Poste, EDF, Enedis, ou bien encore Ruban Bleu et, bien sûr, l'entreprise Braley.

 

Mr. Meillaud, représentant de BOSCH Rodez (replaçant de Mr. Fabien Hervè) :

Les camions frigorifiques utilisent actuellement leur moteur diesel pour faire tourner les compresseurs. L'objectif de Bosch Rodez est donc de développer une PAH pour faire tourner ces groupes frigorifiques. Ce qui nécessite d'embarquer 10kg de H2 sous 350 bars de pression (Projet FRESH2)

Lors du débat, l'intervenant déclarait que les chauffeurs semblaient heureux car le remplissage se faisait assez rapidement, sans odeur et sans salissures, à la différence du gasoil.

 

Jérôme Chauchard, EDF :

A présenté le projet d'une liaison expérimentale entre Saragosse et Rodez avec des stations services H2 réparties sur le parcours.

La filiale H2 EDF s'appelle HYNAMICS.

Il a aussi évoqué la contribution possible à la décarbonation du ciment Vicat.
 

Patrick Liminana, ENEDIS :

A partir de H2 produit, les centres électrolyseurs pourraient aussi redistribuer de l'électricité sur le réseau en cas de besoin.

Les PAH pourraient remplacer les groupes électrogènes lors des interventions de remise en état des réseaux.

L'éolien et le photovoltaïque vont nécessiter le besoin de stocker l'énergie de manière saisonnière.

 

Informations communiquées lors du débat :

  • Les grands sites de production H2 seront raccordés au réseau électrique 24 h/24.

  • Nécessité d'un traitement de l'eau des électrolyseurs car il faut une très haute pureté.

  • On ne pourra pas mettre de l'H2 partout car d'autres énergies seront plus adaptées. H2 reste plus adapté pour les véhicules lourds (PL, trains…) en raison du volume nécessaire pour les réservoirs.

  • Christian Braley souligne les difficultés administratives concernant la vente de H2 à sa station d'Onet-Rodez pour le faire reconnaître comme un carburant. Il ne se sait pas encore s'il devra tarifer au kg ou au volume (m3) ?

  • Le représentant de Bosch souligne la rapide prise de conscience de nos dirigeants politiques sur la prospective en H2 : en 2018, 100 millions accordés (avec Nicolas Hulot), aujourd'hui 9 milliards € sont engagés.

  • Il est rappelé que :

    • le site de production H2 de l'entreprise Braley est le 1er à avoir été soutenu par l'Union Européenne.
    • La pyrolyse des déchets de bois permettrait d'obtenir H2 également.

 

Le ressenti des membres de Canopée :

L'amphithéâtre de l'IUT était complet, preuve de l'intérêt porté par la population sur l'énergie. Même si les informations fleuraient bon le marketing enthousiaste, certains aspects plus critiques de cette technologie ont été parfois esquissés (rendements des procédés en cascade, pollution, …).

Indéniablement l'Occitanie engage une tentative de développement afin d'évaluer le potentiel de cette filière, mais dans l'état actuel de la technique ceci semble plutôt réservé à quelques applications particulières : ferroviaire, PL...

On rappellera enfin que le contenu énergétique de l'hydrogène est connu depuis très longtemps, et si cette voie n'a pas été utilisée c'est parce que le pétrole était plus facile et moins coûteux à exploiter (voir ancienne note de Canopée de 2020).

Si tous les intervenants ont bien expliqués qu’il s’agissait de décarboner l’économie, et les différents usages de l’énergie, en abandonnant les énergies fossiles, personne n'a expliqué le contexte : Urgence climatique, objectif de 40 % de baisse des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, pour tenir nos engagements.

Il est alors évident que changer de type d’énergie, substituer les fossiles (64 % de notre consommation), par les autres énergies disponibles (dont le nucléaire), est irréaliste à court terme.

Il faut certes dès maintenant développer toutes les alternatives énergétiques, dont l’hydrogène et miser sur les capacités de la  technologie à innover rapidement, mais l’urgence est de changer nos comportements, notamment pour la mobilité, car ce fut essentiellement le sujet à ce débat.

Sans une remise en question, dès maintenant, de l’utilisation de la voiture individuelle et des transports par camions, c’est l’échec programmé de nos engagements climatiques.

Transports en commun, vélos, véhicules ultra légers, sont sans équivoque, la mobilité de demain.

Canopée

 

Quelques articles sur ce sujet :

Article de Fiches-Auto " Comparatif de rendement entre hydrogène et batterie au lithium "

Article de Connaissance Des Energies " Le duel batteries-hydrogène pour la motorisation décarbonée du transport routier "

Association négaWatt : " Développer l’hydrogène : pourquoi et comment ? " (pdf)

Association négaWatt : " La transition énergétique au coeur d'une transition sociétale " (pdf)

Ministère de l'économie, des finances et de la relance " Stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné en France "

Ministère de la transition écologique et solidaire " Plan de déploiement de l'hydrogène pour la transition énergétique " (pdf)

Article de Novethic " Trente entreprises s'allient pour développer l'hydrogène vert à bas prix en Europe "

The Shift Project " Etude comparative de l'impact carbone de l'offre de véhicules " (pdf)

The Shift Project " Décarboner l'industrie sans la saborder " (pdf)

Article Techniques de l'Ingénieur " Scénario négaWatt : une grande palette de solutions "

Article de Canopée " Réflexions Citoyenne sur le Réchauffement Planétaire et Information sur l'Hydrogéne " (pdf)

Article de Canopée " Et pourquoi pas l'hydrogène dans les transports ! "

Article publié par "Canopée" le 02/04/2022