Le Moulin d'Angles, près de Salmiech sur le Lévézou, a été rénové selon quatre règles d'or : matériaux locaux, artisans locaux, respect des traditions locales et écologie. Normes "standards" pour le moulin (2006-2011) et RT2012 pour le gîte (2013)

Les matériaux : Toitures en lauze ou ardoises, murs en schiste avec mortier et joints à la chaux, isolation de toitures avec des plumes de canard (moulin) ou de la laine de chanvre (gîte), isolation des murs avec des enduits chanvre-chaux, double vitrage isolant partout. Isolation du plancher avec la laine de bois (au moulin, entre le canal et le séjour), liège (dans le gîte, avec des panneaux de laine de bois au-dessus de l'entrée de la cour), menuiseries en bois, chêne au moulin, pin au gîte; planchers en châtaigner au moulin, huiles dures naturelles sur les boiseries et les planchers, huile de pénétration naturelle sur les poutres du moulin, huile de lin sur les poutres du gîte, peintures à la chaux sur les murs intérieurs.

Les matériaux locaux : Les murs des bâtiments et des terrasses etc. sont en pierre locale trouvée sur place ; les toitures des bâtiments labellisés sont en lauze des sources locales ; le dallage est en pierre locale (La Barthe). Par contre, les ardoises des toitures des granges sont de l'importation (question de coût).

Les artisans : Ils viennent des villages des alentours, Arvieu (toiture, menuiserie, serrurerie, une partie de la maçonnerie), Flavin (plomberie), Cassagnes (maçonnerie pierre, électricité)

Respect des traditions locales : Les extérieurs des bâtiments n'ont pratiquement pas été modifiés et les réparations/restaurations ont été effectuées dans l'esprit traditionnel. Les terrasses ont été refaites ou créées en pierre sèche selon la tradition locale.

Approches écologiques

L'humidité - extérieure/intérieure : Les bâtiments de l'habitation se trouvent en bas d'une pente rocheuse avec de fréquents ruissellements d'eau. De plus, le bief du moulin passe au-dessus du rez-de-chaussée avec les conduits qui aboutissent à l'intérieur du bâtiment. Notre principe : ne pas empêcher l'eau de venir, mais lui faciliter le départ - drainage ! À l'extérieur, il a fallu dégager la terre accumulée depuis des décennies contre les murs. Ce travail a permis de comprendre l'ancien système de drainage, toujours en bon état et que l'on a réutilisé au maximum. Par ailleurs, les surfaces d'accès et les terrasses sont traitées de façon à ne pas imperméabiliser le sol (dallage sur sable, maximum de gazon) afin de ne pas accumuler l'eau à proximité des bâtiments, mais lui permettre de s'infiltrer. À l'intérieur : une fois les extérieurs des murs  bien drainés, les enduits perméables (à la chaux) permettent aux murs de respirer et d'évacuer l'excès d'humidité. Aucun mur n'a été imperméabilisé ! Une bonne extraction d'air naturelle permet aussi de maintenir une humidité raisonnable.

Le chauffage : Au moulin il y a une chaudière à bûches avec un ballon tampon de 1500 l, puis un poêle en terre cuite dans le séjour. L'eau est chauffée au soleil et lorsqu'il n'est pas au rendez-vous, c'est la chaudière l'hiver ou électricité l'été qui prennent le relais.

Au gîte il y a une pompe à chaleur (forage en profondeur - 140 m) qui maintient une température ambiante et un poêle dans le séjour pour plus d'agrément. Nous n'avons pas encore eu des hôtes en plein hiver. Là aussi l'eau est chauffée au soleil ou par l'électricité.
L'eau - assainissement : Nous sommes entièrement autonomes et pour l'eau potable, et pour l'assainissement. L'eau provient d'une source au-dessus des bâtiments côté Ventajou. Un forage en aval du moulin permet de compléter lors de grandes sécheresses. Plusieurs cuves à l'eau de pluie (ainsi que le ruisseau) servent à l'arrosage et peuvent alimenter les WC et machines à laver si nécessaire. L'assainissement qui dessert le moulin et le gîte consiste en une pompe de relevage et une microstation. L'eau passe ensuite dans une mare plantée de roseaux avant de terminer dans le ruisseau.

Les déchets : Nous apportons tous nos déchets aux poubelles de Crayssac ou LaBastide, ainsi qu'à la déchetterie à Salmiech. Le tri se fait dans des bacs sous les bâtiments. Tous les déchets organiques (restes de nourriture, l'herbe coupée etc.) sont compostés.

Les environs

Chaque maison doit être en harmonie avec son environnement, bien s'intégrer dans le paysage, tout en étant mise en valeur par lui. La réhabilitation de Moulin d'Angles comporte aussi un aménagement paysager. Celui-ci va d'un jardin fleuri et potager à proximité des bâtiments, en passant par des vergers, vers des parcelles plus sauvages préservant la flore locale. Près des bâtiments il s'agit de construction ou reconstruction de terrasses traditionnelles en pierre sèche et la remise en état de la digue du bief du moulin. Les plantations comportent au maximum des plantes de nos régions afin d'éviter une invasion par des espèces "exotiques". Nous utilisons du paillage, le compost et beaucoup de "l'huile de coude" dans ce travail.

Merci à Anita et Graham BENTLEY pour cet article Voir :  LE MOULIN D'ANGLES
 

 

 

Article publié par "Canopée" le 13/11/2016

    

Derniers articles - Nos Actions

Le gouvernement a trois mois pour prouver qu’il respecte ses engagements climatiques

« Le Conseil d'État rend une décision historique pour la France »

La plus haute juridiction administrative a demandé au gouvernement français de justifier de la compatibilité de son action climatique avec ses propres objectifs.

« Un pas de géant, a salué l’ancien ministre de l’écologie Nicolas Hulot sur Twitter. Les objectifs climatiques de la France deviennent contraignants. » (1)

Article Le Monde : " Le conseil d'état donne trois mois au gouvernement pour prouver qu'il respecte ses engagements " (1)
Article La Tribune : " Climat le conseil d'état rend une decision historique pour la France "
Article Libération : " Recours de grande synthe le gouvernement a trois mois pour prouver ses efforts climatiques "
Article WeDemain : " Inédit l'état a trois mois pour prouver ses engagements climatiques "
Article de GoodPlanet : " La justice donne trois mois a l'état pour démontrer ses efforts climatiques "
Article de Novethic : " Décision historique pour le climat - les objectifs de réduction des émissions de la France deviennent contraignants "

Ecouter l'émission de FranceInter du 20/11/2020.

Article publié par "Canopée" le 22/11/2020

 

 

Contrat de Transition Ecologique (PNR Grands Causses)

« Parc naturel régional des Grands Causses »

 

Extrait des fiches actions discutées lors des différents ateliers dans le cadre du Contrat de Transition écologique du PNR Grands Causses.

 

Ces fiches ont été renseignées depuis sur la plateforme en ligne du Ministère de la transition écologique :

" Contrat Transition Ecologique "

 

Pour découvrir les différentes fiches, cliquer sur "Lire la Suite"

 

Lire la suite...

Elaboration d'un contrat de transition écologique (CTE)

« La méthode des contrats de transition écologique »

Les contrats de transition écologique sont élaborés sur la base des spécificités et des besoins de chaque territoire.

Mis en place à l’échelle d’une ou plusieurs intercommunalités, ils sont co-construits à partir de projets locaux, grâce à la mobilisation des acteurs des territoires : collectivités, entreprises,  associations, citoyens…

Les projets sont accompagnés aux niveaux technique, financier et administratif, par les services de l’État, les établissements publics et les collectivités locales (départements, régions). L’État, notamment, se place dans une posture de facilitation et mobilise de façon coordonnée ses services et les établissements publics.

Signé après environ 6 mois de travail, le contrat de transition écologique fixe un programme d’actions opérationnelles sur 3 ou 4 ans avec des engagements précis et des objectifs de résultats.

Lien vers le guide " contrat de transition écologique " sur le site du Ministère de la Transition écologique.

Article publié par "Canopée" le 21/10/2020

 

 

PNR Aubrac (PTECA) - contribution "ADOC" et "Canopee 12"

« Programme de Transition Energétique et Climatique de l'Aubrac »

Contribution des associations "ADOC" et "Canopee 12"

lors de la réunion du Parc Naturel Régional de l'Aubrac, le lundi 5 octobre 2020 à Bourgs sur Colagne 48100

Les points abordés lors de cette réunions sont : les consommations et la facture énergétique du territoire, l’état des lieux des réseaux de transport énergétique et des EnR, réflexions sur leur potentiel de développement, la mobilité, les émissions de gaz à effet de serre et la séquestration carbone, le changement climatique en Aubrac, et réflexion sur la stratégie à venir.

Le détail des contributions des 2 associations : " Réunion du PNR le 5 octobre 2020 " (format PDF)

Article publié par "Canopée" le 08/10/2020