Nous décidons de reprendre le dossier bilan carbone du site Canopée, d’actualiser le lien du calculateur carbone, et de remettre le sujet en première page.

En effet, bien souvent, le premier réflexe, quant on s’interroge sur les causes du dérèglement climatique, est de chercher les responsabilités du coté de l'industrie, qui par ses activités serait le premier émetteur de gaz à effet de serre. Après quelques recherches dans la littérature ou sur le Net, on constate rapidement que la réalité est autre et que les ménages, par leur mode de vie, arrivent en tête des émissions de gaz à effet de serre. Nos comportements, nos choix de vie ont donc une forte influence sur ce phénomène planétaire qui semble à première vue indépendant de nos actions quotidiennes. Vous trouverez ICI le site du Calculateur personnel d'émissions de Gaz à Effet de Serre. Il remplace le site de calcul Bilan carbone personnel mentionné dans le présent dossier. Le dossier qui suit, élaboré en 2015, tente d'éclairer ce sujet et de proposer un outil et des pistes pour agir dès maintenant et limiter le dérèglement climatique dont les effets seront si néfastes pour l'humanité et la biosphère. Échéance angoissante mais stimulante, car il s'agit d'amorcer une révolution de nos modes de vie et de nos technologies . Le dossier qui suit est actuellement mis à jour par notre équipe. Il sera validé dans les prochains mois et republié.

Sommaire

- COMMENT NOS COMPORTEMENTS INFLUENT SUR LES REJETS DE GAZ À EFFET DE SERRE ET LE CLIMAT.

- LE BILAN CARBONE , UN OUTIL POUR COMPRENDRE COMMENT NOUS POUVONS AGIR POUR BAISSER NOS REJETS.

- CANOPÉE FAIT SON BILAN !

Comment nos comportements influent sur les rejets de gaz à effet de serre et le climat.

Pour limiter le réchauffement à + 2 °C, il faut, dès 2050, avoir divisé par deux les émissions mondiales de gaz à effet de serre (par rapport à 1990), et par quatre pour les pays développés.

La moitié du CO2 émis dans l'atmosphère en France est liée à nos comportements quotidiens. 

En France, chaque ménage émet 15,5 tonnes de CO2 par an !

A l'origine de ces émissions, l'usage direct d'énergies lié :

  • aux déplacements (4,3 t de CO2 émis soit 28% du total)

  • au chauffage (2,8 t de CO2 émis soit 18% du total)

  • à l'eau chaude et à l'électricité (0,6 t de CO2 émis soit 4% du total)

Mais n'oublions pas qu'un ménage consomme des biens issus de l'activité industrielle et agricole. Il participe donc aussi, de manière indirecte, aux émissions de CO2 liées à la fabrication et au transport des produits et services : soit, pour

  • l'industrie et l'agriculture (3,7 t de CO2 émis soit 24% du total)

  • le transport de marchandises (2,6 t de CO2 émis soit 17% du total)

  • le chauffage et l'électricité au travail (1,4 t de CO2 émis soit 9% du total)
    Sources : ADEME, MIES, 2002

Aux vues de ces statistiques, il est certain que des économies d'énergie réalisées par un grand nombre de ménages permettraient une réduction importante des émissions françaises de CO2.

 Pour plus d'infos : document: ADEME, Emissions de CO2 des Ménages.pdf

L’Observatoire du Bilan Carbone des ménages

Issues d’une étude réalisée auprès d’un panel de 2000 ménages représentatifs de la population française,

Le bilan carbone global moyen des ménages mesuré par l’Observatoire se situe aujourd’hui à environ 7 388Kg Co2 par individu. Le poste transport constitue à lui seul plus de la moitié des émissions des foyers (54%, soit 3 972 Kg Co2 par individu), loin devant le logement (30%) et l’alimentation (16%). L’usage des véhicules personnels est à l’origine de la très grande majorité des émissions de C02 au sein du poste transports (79%). Les transports en commun ne comptent que pour 1% d’entre elles. La grande surprise réside dans l’importance des émissions liées à l’avion: elles pèsent aujourd’hui 19% des émissions totales du poste transport. Elles sont cependant très inégalement réparties au sein de la population.

Les 18-24 ans et les plus de 65 ans ont les bilans carbones les plus élevés

Le niveau d’émission des plus jeunes est de 8373 Kg Co2 chez les plus jeunes. Le niveau d’émission atteint son plus bas niveau sur la tranche d’âge 35-44 ans (6028 Kg Co2). Entre la tranche d’âge des 45-54 ans et celle des 55-65 ans, le niveau d’émission augmente en moyenne de 2171 Kg Co2. Auprès des 65 ans et plus, il augmente encore pour atteindre 9092 Kg Co2. L’usage du véhicule individuel chez les plus jeunes et la dimension des logements et des transports loisirs (avion) chez les plus âgés en sont les premières causes.

Une personne vivant seule émet trois fois plus de Co2 qu’une famille nombreuse

Les foyers d’une personne affichent aujourd’hui un bilan carbone très élevé de 10 685 Kg Co2 par individu (contre 7388 Kg Co2 pour l’ensemble de la population) alors qu’il est bien plus bas pour les foyers de 3 et 4 personnes (respectivement 5436 et 4612 Kg Co2 par individu), voire de 5 personnes et plus (3221 Kg Co2). Le fameux troisième enfant n’entraîne ainsi pas une hausse sensible des émissions des ménages.. A l’inverse, les personnes seules représentent 55 % des mauvais bilans carbone (11849 Kg Co2 et plus)

Le type d’agglomération où le bilan carbone est le moins fort:entre 100000 et 200000 habitants

Plus la taille de l’agglomération est faible, plus le niveau des émissions de Co2 tend à augmenter: L’impact des usages liés à l’automobile y est légèrement plus important . Le bilan carbone des foyers habitant dans les plus petites catégories d’agglomérations (moins de 20 000 habitants) est le plus élevé : 4352 Kg Co2 contre 3495 Kg Co2 pour celles comprises entre 100 000 et 199 999 habitants.

Les foyers disposant des niveaux de revenus les plus élevés affichent en moyenne les bilans carbones les plus mauvais

La quantité de CO2 est clairement croissante avec le niveau de vie et plus spécifiquement avec la capacité à consommer des loisirs. Le bilan carbone par individu est notablement plus élevé au sein des foyers des cadres supérieurs (8580 Kg Co2 par individu contre 7388 Kg Co2 pour l’ensemble). Ils affichent notamment une nette différence dans le domaine des transports avec des niveaux d’émissions sensiblement plus élevés (5249 Kg Co2 par individu contre 3972 Kg Co2 pour l’ensemble). Les cadres supérieurs et les retraités alourdissent leur bilan carbone par l’usage fréquent de l’avion.

Précarité énergétique: les retraités et les cadres supérieurs à l’abri, les ouvriers et les ménages modestes surexposés.

Les ménages les plus modestes (moins de 1250 euros nets mensuels) ont les bilans carbones les plus faibles par rapport aux autres catégories de revenu. Les ouvriers, sont aussi les plus exposés à la hausse du prix de l’énergie: leur indice de précarité énergétique s’élève à 1089 KgCo2/K€ (ouvriers) contre 704 KgCo2/K€ pour les cadres supérieurs et 663 KgCo2/K€ pour les retraités. On peut lire ici une source d’inégalité carbone majeure: les populations ayant les bilans carbone les plus élevés sont aussi les moins sensibles à l’augmentation du coût de l’énergie.

pour plus d'infos : insee.pdf ,les émisions de co2 en France.

Le bilan carbone , un outil pour comprendre comment nous pouvons agir pour baisser nos rejets

 

Après avoir réalisé le rôle des ménages, dans la productions des gaz à effet de serre, cherchons outils et moyens pour agir.Le bilan carbone va nous permettre de mesurer nos rejets, une sorte de thermométre ......

Le bilan carbone expliqué sur le site de l’ADEME :

Le bilan carbone personnel est un outil utilisé en France qui permet au particulier d'évaluer ses émissions de gaz à effet de serre. Né sous l'impulsion de Jean-Marc Jancovici, il a été mis en ligne en 2007, par l'ADEME et l'association Avenir climatique. Il permet à tout particulier de calculer avec précision les émissions de gaz à effet de serre induites par ses faits et gestes, et donc sa participation au réchauffement climatique, dans chaque domaine de sa vie.

Le calculateur Bilan carbone personnel prend tout en compte, «des achats de chaussures aux vacances au ski, en passant par le chauffage et les biftecks.»

Historique

  • L'outil personnel ClimAct , premier outil du genre, développé dans le cadre du Défi pour la Terre (ADEME & Fondation Nicolas Hulot), a été mis en ligne en mai 2005.

Description

Avec, de préférence, l'aide de ses factures annuelles de gaz, d'électricité, ses kilométrages (approximatifs) automobile et avion (le site fourni en lien, un calculateur de distance ville à ville, pour le monde entier), et avec en mémoire sa consommation d'aliments, de produits et de services, le site propose de connaître les moindres détails de ses propres émissions de gaz à effet de serre (y compris le méthane émis par l'élevage des animaux que l'on consomme).

Le site permet d'abord, si on le souhaite, de créer un pseudo pour sauvegarder ses informations, ce qui est utile si l'on souhaite corriger ensuite certaines de ses émissions pour par exemple comparer l'efficacité potentielle des efforts que l'on projette...

Questionnaire

Lle questionnaire se décompose en 4 parties, qui, pour un français moyen, correspondent chacune à 1/4 des émissions de gaz à effet de serre:

  • Logement(s) (comprenant surfaces, consommation d'énergie et équipement)
  • Transports (comprenant voiture(s), deux-roue(s), vol(s) en avion(s), transports en commun, avec pour chacun les kilométrages approximatifs à entrer)
  • Alimentation (Quantités de viande, poisson, laitages, fruits, dont exotiques, légumes, boissons)
  • Consommation (équipements technologiques, fournitures diverses, meubles, habillement, loisirs)

Résultat du calculateur

Le résultat du calculateur présente un graphique en couleurs, avec une marge d'incertitude calculée pour chacune des 4 parties, et des couleurs en dégradés pour chaque sous partie.

La précision des résultats permet à chacun d'identifier les postes de forte émission. Le Bilan carbone personnel est donc le seul outil permettant de connaître précisément l'efficacité de ses efforts écologiques en comparaison, par exemple, de ses voyages en avion, de sa consommation de viande rouge etc...

Lla barre rouge dans le résultat du test est la barre à ne pas dépasser, par tous les humains pour arrêter d'accélérer le réchauffement climatique...

 

http://www.bilancarbonepersonnel.org/ en route pour une scéance gratuite ! une radiographie de nos comportements dans la vie de tous les jours .A vos claviers ! c'est un jeu ...

Canopée fait son bilan !

carbone

coussergue1

Canopée, a réalisé tout un travail de compréhension sur cet outil de calcul des rejets de co2 par les ménages. Travail en groupe, au sein des adhérents et vers le publique, à l’occasion de foires, événements....

Voilà les résultats d'un travail fait à Coussergue, dans une cyberbase.

BILAN CARBONE DES MENBRES DU CA DE CANOPEE

Présent : Bernard,Odile,Aude,pascal,Francine,gilles,José,Olivia,Kevin et
2 invités :benoît,franck.

MOYENNE DES PARTICIPANTS :
En kg équivalent carbone ( à multiplier par 4 pour avoir en kg co2).
Et par poste :

  • LOGEMENT : 261 kg C
  • TRANSPORT : 531
  • ALIMENTATION : 238
  • PRODUITS MANUFACTURES : 317

TOTAL : 1347 kg C
Moyenne nationale : 2800 Kg C
Objectif pour être neutre et ne pas participer au Réchauffement climatique :
700 kg C soit 175 kg par poste
Le meilleur résultat est de 900 kg C

Interprétation des résultats et commentaires :

La moyenne des membres de Canopée est meilleurs que la moyenne nationale;

  • Cela parait logique et plausible (il y a toujours des marges d’erreurs) car l’ engagement à canopée conduit naturellement à quelques habitudes de vie moins émettrice de CO2 :
  • Un habitat écologique, nécessitent moins d’énergie pour sa construction, utilisant massivement le bois (qui stocke du CO2).
  • Un mode d’énergie peu émetteur (bois ,soleil) et le souci d’économie d’énergie.
  • Uu sujet des transport,la voiture est peu gourmande en carburant (choix d’une petite cylindrée). Vélo et transport en commun sont souvent utilisés.
  • Une alimentation bio est couplée à un jardin et ont choisi des produits locaux.

 

Piste pour faire baisser les émissions :
. améliorer les performances du logement .
.moins rouler en voiture,car pour la plupart des canopéens il y a trop de
kilomètres parcourus.
Cela est difficile pour ceux habitants en zone rurale . Le vélo électrique
offre parfois une solution ,mais surtout il faut repenser nos déplacements.
.Des repas moins riches en protéines animales et en alcool ou jus de fruit .
.globalement limiter sa consommation en produits manufacturés,parfois très
émetteurs. Ce poste est souvent sous évalué. Chercher des produits moins
émetteurs en CO2 (produits non importés).
Conclusion , il est la portée de tous de diminuer de moitié ces rejets en CO2.
Il est plus compliqué d’aller plus loin ,mais certains réussissent grâce à des
configuration de vie favorable :
.vie très sobre, en autosuffisance, en zone rurale ,choix fait déjà depuis
souvent longtemps,bien avant la crise climatique .
.vie en zone urbaine , avec proximité du travail,déplacement en transport en
commun ou vélo.

cliquez ci dessous pour plus d'infos :

mode d'emploi canopée pour faire son bilan carbone sans effort.... : guide canopée .pdf

Enfin,nous avons réalisé un jeu qui met en scène de façon ludique, le bilan carbone, un grand jeu de l'oie, qui de case en case, met en lumière les rejets émis par tel ou tel comportement.

 

jeu de l'oie